mercredi 3 mai 2017

Sept euros et cinquante centimes

"Une mangue, un avocat et un poivron bio, ça vous fera 7.50€, Madame", me lance la vendeuse de fruits et légumes aux Halles sans oser me regarder, consciente elle-même que ça frise le foutage de gueule. Hein !? Quoi !? 7.50€ pour trois pauvres fruits et légumes ? C'est une blague ? Hé bien, non, c'est comme ça. C'est ce que cela vous coûte lorsque vous décidez de vous offrir un petit extra. Voilà que les pauvres, eux aussi, ont envie de manger sainement... Manquait plus que ça. 

Aujourd'hui, pour s'octroyer le droit de préserver sa santé, qu'on se le dise, il faut avoir le porte-monnaie bien garni ou un pote maraîcher. Sauf que moi, je galère pour boucler mes fins de mois comme beaucoup de gens, et qu'aucun de mes potes ne travaille dans les champs. Dois-je pour autant sacrifier ma santé et me contenter de manger des produits de mauvaise qualité ? Ça veut dire quoi ? À moi les tomates en février, les haricots en boîte, les patates sous vide, et le jambon aux sels nitrités ? Je ne veux plus flipper lorsque je croque dans un fruit, ne plus laisser mes légumes deux heures sous l'eau de peur de contaminer mon organisme avec les tonnes de produits avec lesquels on les asperge afin qu'ils soient bien colorés et qu'ils aient l'air appétissants. 

Ça m'a pris comme ça, sur un coup de colère, juste après avoir payé ces 7.50€ il y a trois semaines pour trois misérables fruits et légumes. C'est donc décidé, je vais faire pousser mes propres plantations sur ma terrasse ! Sauf que quand vous n'y connaissez rien, dites-vous bien que vous vous apprêtez à entrer dans la secte du jardinier, un monde au jargon étrange, un univers très codifié peuplé d'insectes, de drôles de maladies, et de champignons exterminateurs de récoltes. Le Walking Dead du jardinage, en quelque sorte.  

Mon meilleur allié pour commencer à y voir clair ? Internet et les chaînes Youtube, les passionnés partagent leurs astuces, leurs conseils, et c'est souvent bien fait. On comprend pas tout ce qu'ils racontent au début, il faut aller chercher la définition dans le dico du jardinage, mais ça finit par rentrer. Ouf. Donc, sur ces vidéos, on retrouve la culture en pot, celle qui m'intéresse. Je suis allée sur la chaîne Rustica l'hebdo jardin, puis sur celle d'une jeune femme "Une fleur parmi les fleurs". J'ai trouvé plein de conseils, notamment sur la façon de semer, dans quel contenant, et bien sûr l'entretien. J'ai pris le temps de regarder ce que je pouvais semer, si c'était la bonne période, et à quel moment je pourrais récolter les fruits de mon dur labeur. Les sites de jardinerie ont également pléthore de conseils à donner en matière de jardinage. 

Enfin, une fois mon choix effectué, et après être restée quelques heures à étudier sérieusement mon sujet, je suis allée en jardinerie pour demander conseil. En tant que néophyte, il était hors de question que j'achète mes produits sans demander l'avis de professionnels. L'air de rien, c'est quand même un petit budget. Je l'intègre plutôt comme un investissement sur le long terme (enfin, c'est pas encore gagné...). J'ai donc kidnappé un vendeur, et je ne l'ai pas lâché avant d'avoir des réponses aux questions que je me posais.

Mon objectif : me nourrir le plus longtemps possible grâce à mes récoltes. Et puis franchement, quel plaisir de pouvoir déguster ce que l'on a soi-même planté !

Je créé ce blog pour partager mon expérience. Il y aura, je l'espère, quelques réussites et j'en serai très fière, mais également quelques ratés, mais je ne me découragerai pas.

Il parait que la patience est une vertu. J'en fais l'apprentissage depuis trois semaines à présent. 

1367526286-I2D

 

Posté par la_jardiniere à 18:45 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Quand ça commence à pousser...

... et que vous avez le sentiment de contribuer à quelque chose de spécial, d'ajouter votre pierre à l'édifice. C'est exagéré ? Si vous tentez l'expérience, vous serez probablement dans le même état, euphorique et super inquiet, comme pour votre chien, ou pour vos gosses... Exagéré, ok.

Pour vous donner un ordre d'idées, j'ai commencé mes plantations le 15 avril. Nous sommes le 3 mai. Le basilic est sorti, la coriandre pousse bizarrement (complètement de travers et je ne saurais pas l'expliquer), mais elle pousse, ce qui est déjà hyper cool. Les carottes aussi, enfin y a les trucs verts qui dépassent, et ça, c'est plutôt encourageant.

Ma première fleur de fraisier est sortie la semaine dernière. Un plant a l'air d'être assez productif, l'autre n'en fout pas une rame, et je ne sais pas pourquoi. Si vous avez une explication, je veux bien la connaître.

Le nectarinier commence à faire de belles feuilles, certains fruits grossissent, mais il a récemment subi une violente attaque : la cloque du nectarinier. Et oui, quand on commence à jardiner, on apprend tout ça.

Je ne voulais pas le traiter chimiquement, j'ai donc arraché toutes ces vilaines feuilles roses boursouflées et je l'ai traité avec une décoction d'ail.

Très simple : on  prend 10 gousses d'ail que l'on hâche grossièrement. On met tout ça dans une marmite dans laquelle on ajoute 5 litres d'eau. On porte à ébullition, puis on fait mijoter pendant 20 minutes. Ensuite, on éteint le feu, et on laisse poser une heure. On attrape un tissu, on filtre les résidus et on met sa potion magique dans l'arrosoir et/ou dans un vaporisateur. Ensuite, on asperge ses pieds de tomates, ses fraisiers, bref, toutes ses plantations. Et là, on peut se féliciter d'avoir fait notre devoir. Nous avons protégé nos petits de toutes les maladies, des champignons, des insectes environnants, et autres nuisibles. Le traitement doit s'étaler sur une douzaine de jours, à raison de 3 à 4 vaporisations et/ ou arrosages, en laissant 3/4 jours d'intervalle. Capich ?

Attendez les saints de glace (14 mai) pour planter vos pieds de tomates, vos piments, vos poivrons, tout ça... En fait, ces trucs sont fragiles. Ils n'aiment pas les grosses variations de température, ils n'aiment pas la chaleur, ils aiment pas le froid, ils aiment pas ceci, ils aiment pas cela. Idem pour le basilic. Ici, au Pays basque, c'est très humide comme climat. J'ai fait l'erreur de les planter trop tôt (pourtant, j'ai été conseillée par un vendeur) et j'ai perdu deux plants de piments. Un matin, j'ai découvert des taches noires violacées au niveau de la tige, ils avaient gelé ! Depuis, je suis obligée de tout rentrer le soir quand les températures descendent à moins de 10 degrés, ce qui arrive... toutes les nuits. 

Ci-dessous, quelques photos.  

Basilic, semaine dernière

18222623_789405341228787_8789883583592667057_n

Basilic, aujourd'hui

Fraisier

Coriandre de travers

Et voici ce que ça donne sur ma terrasse. Vous remarquerez certainement qu'il est peu probable que je donne des conseils en matière de décoration, et je vous remercierai de ne pas trop insister sur ce point.

18221906_789405537895434_2943761387408552250_n

Le chien, cet autre nuisible. Attention, si comme moi vous avez un chien du genre goulu, il se peut que ce dernier soit tenté de manger la terre de vos plantations. C'est absolument inenvisageable. 

18199275_789405331228788_2985453671576277418_n

Pour la recette à base d'ail, ça se passe par ici : 

https://jardinage.ooreka.fr/fiche/voir/266414/faire-une-decoction-d-ail-et-l-utiliser 

Posté par la_jardiniere à 20:51 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

jeudi 4 mai 2017

Le nouveau rythme de l'apprentie jardinière

Première chose, dès le réveil, avant d'aller faire son p'tit pipi du matin, on se lève et on va voir ses plantes. On observe, on scrute, on tripote, et on gratte. On n'oublie pas de regarder la météo, le réflexe de base du jardinier consciencieux.

Les questions essentielles : quel temps va-t-il faire ? quelles températures ? vais-je pouvoir sortir mes plantations sur ma terrasse ? vais-je devoir les arroser aujourd'hui ? le terreau est-il encore humide ?

A ce propos, les professionnels et amateurs avertis conseillent d'arroser le matin ou bien en fin de journée, l'été.

En ce moment évidemment, mieux vaut éviter d'arroser le soir, surtout si vous laissez vos plants dehors la nuit. Ils risquent en effet de geler. Donc, on ne prend aucun risque. Si on n'a pas le choix et qu'on doit laisser nos plants dehors, il y a plusieurs moyens de les protéger la nuit : en les bâchant, en les mettant sous cloche, ou bien en achetant une serre pour balcon, etc.

Mais n'oublions pas qu'ici, on est sur le blog du jardinier fauché, donc un sac plastique de grande surface fera l'affaire. Faites quelques trous pour que ça respire, et n'oubliez pas de les enlever le matin.

Aujourd'hui, j'ai eu l'agréable surprise de constater que ma coriandre s'était redressée, fière et digne. En ce qui concerne la menthe, il ne se passe rien. Je ne sais pas combien de temps il faut attendre.

C'est tout pour aujourd'hui.

Ci-dessous, quelques photos. 

Pied de tomates cerise

Coriandre qui se redresse

Trucs verts de carottes

Fraisiers

Nectarinier nain

Posté par la_jardiniere à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

samedi 6 mai 2017

Quand l'espoir renaît

6h30 ce matin, conversation Messenger avec Virginie, une jardinière amateure confirmée qui s'est rendue sur le blog pour constater l'ampleur des dégâts. Vous trépignez d'impatience, vous voulez savoir... peut-être êtes-vous nerveux(se) et pressé(e) comme lorsque vous attendez le prochain épisode de Stars Wars, ou bien l'ouverture des boutiques le premier jour des soldes, ou encore que votre nouveau mec vous rappelle après votre première partie de jambes en l'air, et vous vous demandez, fébrile et tremblotant(e) : " Alors ?? Comment vont ses fraises et ses tomates ???"

Eh bien, réjouissez-vous chers lecteurs, les petites se portent à merveille ! Les fleurs tombent simplement pour laisser place aux fruits ! Votre apprentie jardinière a retrouvé la banane !! Merci à Virginie pour ses précieux conseils !

Aujourd'hui, le temps est radieux, pas au point d'enfiler son slip et bronzer sur sa terrasse, mais suffisamment pour que mes plantations prennent le soleil. La coriandre est au garde à vous et pousse à la vitesse grand V ! Le basilic est à la traîne, qu'il se dépêche pour ne pas rater le rendez-vous de l'été : salade de tomates, mozza, basilic !! Je frétille du pistil à l'idée de déboucher une bonne bouteille de rosé pour accompagner cet immanquable de l'été !

La menthe est toujours au point mort, il ne se passe rien dans ce pot, pas l'ombre d'un foutu brin d'herbe. J'ai enlevé quelques feuilles mortes de mon nectarinier, et c'est tout. Pour le reste, la nature fait son œuvre.

Je vous donne également quelques nouvelles de ma colonie d'insectes. Le citron ne marche pas terrible. Un peu déçue de cette soi-disant solution miracle.

Je vous quitte avec ces quelques photos. 

18199207_790892951080026_52121339931244613_n

Le Néant

18268568_790892954413359_4821799470328333458_n

18268642_790892944413360_3222477866077163333_n

Posté par la_jardiniere à 15:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 10 mai 2017

Welcome les p'tits nouveaux !

Cela faisait déjà quelques temps que je voulais acheter deux pieds de tomates cerises supplémentaires. C'est chose faite depuis ce week-end. Ce sont deux variétés différentes. Je ne saurais pas vous donner précisément le nom des espèces, mais en tout cas, parait-il que c'est un bon moyen d'éviter que les pieds ne se refilent des maladies. Et puis, si l'un d'entre eux ne produit pas beaucoup, on pourra toujours compter sur l'autre.

Petite astuce : pour éviter d'utiliser les produits chimiques nocifs pour l'environnement, plantez des œillets d'Inde dans le même pot que votre pied de tomates, les œillets repousseront naturellement les pucerons.

Comme toujours, je suis dans ma lubie de couleurs qui pètent, j'ai donc choisi des pots vert anis qui contrastent plutôt bien avec la couleur orange des œillets.

Voici mes dépenses du WE : terreau de 40 litres (avec fumier) + billes d'argile (10L) + deux tuteurs + deux pots de 30 cm + deux plants de tomates cerises + deux œillets d'Inde = environ  25€.

Pour vous donner des nouvelles des anciens plantés il y a maintenant 1 mois, je dois dire que je suis assez optimiste : le plant de fraisier, qui était un peu feignant jusqu'à il y a encore 3 jours, a tout d'un coup sorti une belle fleur, et d'autres sont en préparation. Le premier pied de tomates commence à sortir de petits fruits. Le basilic pousse, on commence à apercevoir deux petites feuilles qui se distinguent de celles qui sont apparues en premier. La coriandre commence à ressembler à de la coriandre, quant au nectarinier, je constate que les fruits grossissent doucement mais sûrement.

La menthe est toujours au point mort. C'est à désespérer.

Ci-dessous quelques photos. 

18301781_792969904205664_5152069916299802672_n

18341773_792969897538998_675256588684319398_n

18342206_792969894205665_518084298126199514_n

18403413_792969900872331_1045684922513018878_n

Et pour ceux qui n'auraient pas la chance d'avoir beau temps aujourd'hui, je vous envoie une bonne dose de lumière.

18301247_792969890872332_5154704825122592682_n

C'est tout pour aujourd'hui.

Posté par la_jardiniere à 15:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

lundi 15 mai 2017

"Omnibus ora certa est et tempus suum cuilibet caepto sub caelis"

... qui signifie : il y a pour tout un moment fixé et chaque entreprise a son temps marqué sous les cieux. Bref, autrement dit : "Tout vient à point à qui sait attendre". 

Le jardinage demande beaucoup de patience, j'en fais l'apprentissage depuis plusieurs semaines. J'avais bien lu sur les paquets de semis "récolte dans 60 jours", mais j'ai l'impression que ça fait deux ans que j'attends que ça pousse. C'est mon petit côté marseillais, avec une tendance assez poussée à l'exagération. En réalité, cela fait un mois pile poil que j'ai fait mes semis et mes plantations.

Je crois que j'ai mal choisi l'un des derniers plants de tomates, il a l'air chétif et rabougri,  je sens que ce n'est pas la super forme. Je ne sais pas si je fais tout comme il faut, même si j'ai diminué les arrosages puisque j'avais tendance à avoir la main lourde, et que je commence à devenir incollable sur les moucherons, araignées et autres acariens tueurs de plantes.

Je suis sur le qui-vive, je guette, je suis à l'affût de la moindre bestiole qui viendrait squatter l'un de mes pots. Un fraisier et un des plants de tomates (le premier), sont infestés de moucherons. Parait-il qu'il faut les laisser tranquilles, alors j'ai décidé de les tolérer. Nous cohabitons en bonne intelligence. Chacun sa fonction : eux ils bossent en équipe, et moi je check les travaux finis. C'est moi la patronne. Et au moindre écart, c'est décoction d'ail dans les ailes et adios la compagnie.

Mon nectarinier nain a perdu pas mal de fruits, apparemment rien d'inquiétant. Ceux qui résistent ont l'air de prendre des forces. J'ai hâte de déguster mes premiers brugnons, cet été.

Depuis quelques semaines, je tente de faire pousser un avocatier,  je suis avec grande attention son évolution. Le noyau s'est fendu en deux, mais la radicule (=racine) ne pousse pas. Je ne mets pas de photos pour le moment, mais si jamais ça prend, je ferai un billet spécial avocatier.

Le temps joue en ma faveur, il va faire 28 degrés sur la côte basque, et mes petits sont prêts pour leur séance de luminothérapie.

C'est tout pour aujourd'hui.

Ci-dessous, quelques photos.

18447162_795259707310017_4646307664772984132_n

18447620_795259687310019_3644675977278860259_n

18485387_795259620643359_6949437439652722076_n

18485599_795259597310028_5290214119909763892_n

18486163_795259663976688_8830547249166764813_n

18446904_795259637310024_3438837822335364873_n

Posté par la_jardiniere à 10:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,