mercredi 3 mai 2017

Sept euros et cinquante centimes

"Une mangue, un avocat et un poivron bio, ça vous fera 7.50€, Madame", me lance la vendeuse de fruits et légumes aux Halles sans oser me regarder, consciente elle-même que ça frise le foutage de gueule. Hein !? Quoi !? 7.50€ pour trois pauvres fruits et légumes ? C'est une blague ? Hé bien, non, c'est comme ça. C'est ce que cela vous coûte lorsque vous décidez de vous offrir un petit extra. Voilà que les pauvres, eux aussi, ont envie de manger sainement... Manquait plus que ça. 

Aujourd'hui, pour s'octroyer le droit de préserver sa santé, qu'on se le dise, il faut avoir le porte-monnaie bien garni ou un pote maraîcher. Sauf que moi, je galère pour boucler mes fins de mois comme beaucoup de gens, et qu'aucun de mes potes ne travaille dans les champs. Dois-je pour autant sacrifier ma santé et me contenter de manger des produits de mauvaise qualité ? Ça veut dire quoi ? À moi les tomates en février, les haricots en boîte, les patates sous vide, et le jambon aux sels nitrités ? Je ne veux plus flipper lorsque je croque dans un fruit, ne plus laisser mes légumes deux heures sous l'eau de peur de contaminer mon organisme avec les tonnes de produits avec lesquels on les asperge afin qu'ils soient bien colorés et qu'ils aient l'air appétissants. 

Ça m'a pris comme ça, sur un coup de colère, juste après avoir payé ces 7.50€ il y a trois semaines pour trois misérables fruits et légumes. C'est donc décidé, je vais faire pousser mes propres plantations sur ma terrasse ! Sauf que quand vous n'y connaissez rien, dites-vous bien que vous vous apprêtez à entrer dans la secte du jardinier, un monde au jargon étrange, un univers très codifié peuplé d'insectes, de drôles de maladies, et de champignons exterminateurs de récoltes. Le Walking Dead du jardinage, en quelque sorte.  

Mon meilleur allié pour commencer à y voir clair ? Internet et les chaînes Youtube, les passionnés partagent leurs astuces, leurs conseils, et c'est souvent bien fait. On comprend pas tout ce qu'ils racontent au début, il faut aller chercher la définition dans le dico du jardinage, mais ça finit par rentrer. Ouf. Donc, sur ces vidéos, on retrouve la culture en pot, celle qui m'intéresse. Je suis allée sur la chaîne Rustica l'hebdo jardin, puis sur celle d'une jeune femme "Une fleur parmi les fleurs". J'ai trouvé plein de conseils, notamment sur la façon de semer, dans quel contenant, et bien sûr l'entretien. J'ai pris le temps de regarder ce que je pouvais semer, si c'était la bonne période, et à quel moment je pourrais récolter les fruits de mon dur labeur. Les sites de jardinerie ont également pléthore de conseils à donner en matière de jardinage. 

Enfin, une fois mon choix effectué, et après être restée quelques heures à étudier sérieusement mon sujet, je suis allée en jardinerie pour demander conseil. En tant que néophyte, il était hors de question que j'achète mes produits sans demander l'avis de professionnels. L'air de rien, c'est quand même un petit budget. Je l'intègre plutôt comme un investissement sur le long terme (enfin, c'est pas encore gagné...). J'ai donc kidnappé un vendeur, et je ne l'ai pas lâché avant d'avoir des réponses aux questions que je me posais.

Mon objectif : me nourrir le plus longtemps possible grâce à mes récoltes. Et puis franchement, quel plaisir de pouvoir déguster ce que l'on a soi-même planté !

Je créé ce blog pour partager mon expérience. Il y aura, je l'espère, quelques réussites et j'en serai très fière, mais également quelques ratés, mais je ne me découragerai pas.

Il parait que la patience est une vertu. J'en fais l'apprentissage depuis trois semaines à présent. 

1367526286-I2D

 

Posté par la_jardiniere à 18:45 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


mercredi 10 mai 2017

Welcome les p'tits nouveaux !

Cela faisait déjà quelques temps que je voulais acheter deux pieds de tomates cerises supplémentaires. C'est chose faite depuis ce week-end. Ce sont deux variétés différentes. Je ne saurais pas vous donner précisément le nom des espèces, mais en tout cas, parait-il que c'est un bon moyen d'éviter que les pieds ne se refilent des maladies. Et puis, si l'un d'entre eux ne produit pas beaucoup, on pourra toujours compter sur l'autre.

Petite astuce : pour éviter d'utiliser les produits chimiques nocifs pour l'environnement, plantez des œillets d'Inde dans le même pot que votre pied de tomates, les œillets repousseront naturellement les pucerons.

Comme toujours, je suis dans ma lubie de couleurs qui pètent, j'ai donc choisi des pots vert anis qui contrastent plutôt bien avec la couleur orange des œillets.

Voici mes dépenses du WE : terreau de 40 litres (avec fumier) + billes d'argile (10L) + deux tuteurs + deux pots de 30 cm + deux plants de tomates cerises + deux œillets d'Inde = environ  25€.

Pour vous donner des nouvelles des anciens plantés il y a maintenant 1 mois, je dois dire que je suis assez optimiste : le plant de fraisier, qui était un peu feignant jusqu'à il y a encore 3 jours, a tout d'un coup sorti une belle fleur, et d'autres sont en préparation. Le premier pied de tomates commence à sortir de petits fruits. Le basilic pousse, on commence à apercevoir deux petites feuilles qui se distinguent de celles qui sont apparues en premier. La coriandre commence à ressembler à de la coriandre, quant au nectarinier, je constate que les fruits grossissent doucement mais sûrement.

La menthe est toujours au point mort. C'est à désespérer.

Ci-dessous quelques photos. 

18301781_792969904205664_5152069916299802672_n

18341773_792969897538998_675256588684319398_n

18342206_792969894205665_518084298126199514_n

18403413_792969900872331_1045684922513018878_n

Et pour ceux qui n'auraient pas la chance d'avoir beau temps aujourd'hui, je vous envoie une bonne dose de lumière.

18301247_792969890872332_5154704825122592682_n

C'est tout pour aujourd'hui.

Posté par la_jardiniere à 15:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,