Chères Lectrices, chers Lecteurs,

Cette année, le potager, c'est un peu compliqué. J'ai dû m'absenter une semaine, ce qui fait que certaines de mes plantes ont cramé (adieu mon beau basilic) et d'autres ont attrapé des maladies (tomates, concombres, soucis). Seul le nectarinier résiste. Pour le reste, c'est vraiment pas terrible.

Hier, en allant acheter un traitement bio contre les chenilles, le vendeur m'a dit qu'à cause du temps, beaucoup de jardiniers se retrouvent confrontés au mildiou et à l'oïdium. Le temps est caniculaire et humide à la fois. L'autre matin, j'ai été réveillée aux aurores par un orage et le bruit des grêlons sur ma terrasse. Quelques heures après, on crevait de chaud.

L'été est pourri.   

Je n'ai pu goûter que quelques fraises et deux ou trois tomates cerises. Une bien maigre récolte quand je vois le temps que j'y passe. Je pense que c'est la dernière année que je fais ces cultures. L'an prochain, je prendrai des plantes plus résistantes.

Puisque pour l'instant je ne peux pas consommer les fruits de mon dur labeur pour des raisons indépendantes de ma volonté, j'ai décidé de me concentrer sur la fabrication de mes cosmétiques. C'est vraiment le démarrage, je ne me lance donc pas dans des choses compliquées. Dans une dizaine de jours, je pourrai récupérer mon macérât d'hibiscus, de calendula et de lavande pour en faire des onguents, du beurre végétal à la lavande, des lotions à l'ortie, et d'autres potions. La lavande provient de ma terrasse et l'ortie de chez mes parents, en montagne. Je n'avais pas assez de soucis pour mon macérât de calendula, j'ai donc dû compléter avec des fleurs séchées achetées en magasin bio.

Je ferai un billet lorsque j'aurai préparé mes mixtures.

C'est tout pour aujourd'hui.

Ci-dessous, quelques photos.

La Jardinière.

La jungle, chez mes parents

Menthe motivée

Macérâts huileux d'hibiscus, de lavande et de soucis

Lavande de chez moi.